Aller au contenu principal

Publié le 29/04/2022

Louka

#

Qui es-tu ?

Jeune femme de 23 ans, Louka. Je suis une bretonne de Nantes. Je finis un bachelor Événementiel. Je souhaite à long terme travailler dans un domaine culturel rattaché à l'éco-responsabilité, l'accessibilité à toutes et tous à la culture, la mixité sociétale. 

Quel genre de spectatrice es-tu ? 

Je suis la personne qui fonce voir un spectacle, un concert, un festival de théâtre, etc. en fermant les yeux, histoire de me faire surprendre par la prestation. Pour le moment j’ai eu beaucoup de très bonnes surprises. J’y ai trouvé des pépites. 

Ta dernière émotion forte devant un spectacle c’était quand ?

La dernière et première fois où j’ai eu des frissons, une pointe au cœur, la chair de poule, la larmichette… C’était pour le théâtre documentaire Fallope

Une pièce qui retrace l’histoire de la lutte des droits des femmes, à travers la vie de Colette et le témoignage de femmes.
Dans le descriptif on lit : “ Vous êtes sur le point de vivre la lutte menée par ces femmes entre 1960 et 1980”.

J’en ai perdu les mots, j'ai beaucoup de mal à exprimer mon ressenti.  

Jusqu'alors je n'avais jamais connu une telle émotion, je me suis sentie plus que jamais concernée. J’ai eu l'impression de vivre cette lutte avec ces femmes. La pièce m'a rappelé ce que je vis au quotidien et pourquoi je me bats pour faire changer les mentalités autour de moi. 

Je trouve cela triste d'avoir lutté pendant de nombreuses années pour faire marche arrière en 2022 !

Comment décrirais-tu ton engagement au Kiosque Nantais ?

Je suis en pleine découverte de l’association, et de son engagement culturel dans la métropole Nantaise. Je suis en charge de la médiation culturelle du kiosque, c’est moi que vous allez voir se promener et vous suggérer des spectacles à bord de notre triporteur. 

3 objets que tu as toujours avec toi ?

Un truc à grignoter (surtout du chocolat) 

Mes Doc Martens

Mes bijoux

Un conseil de Kiosqueur à partager ?

Je vous conseille d'avoir la curiosité de la culture, et la culture de la curiosité, ça ouvre tellement de portes. Allez au théâtre ! Allez en concert ! Allez au cirque ! Allez découvrir le monde ! Vous en sortirez toujours plus riche !

Crédits photos : Quentin Ferjou
Publié le 27/04/2022

Le Cabaret discrépant

Le mardi 3 mai et le mercredi 4 mai 2022 à 20h
#

Découvrez ce cabaret loufoque

Le Cabaret discrépant est un spectacle de danse créé par la chorégraphe Olivia Grandville. Cette danseuse au style contemporain revient sur la scène du lieu unique après avoir présenté ce même spectacle en 2013. Le succès fut tel que cette pièce chorégraphique emprunta les scènes internationales : Festival d’Avignon, Belgique, Brésil, etc. C’est une dédicace au mouvement nommé le lettrisme, inventé en 1945 par Isidore Isou, qui consiste à se détacher des mots et se concentrer sur les sons, les onomatopées, à “la musique des lettres”. C’est un des seuls mouvements à s’intéresser à la danse. Il élabore des chorégraphies à lire, qui se détachent de tout style de danse déjà existant. 
Ce spectacle promet d’être farfelu, de nous faire découvrir un tout autre style auquel nous ne sommes pas habitués ; de quoi éveiller la curiosité de chacun et chacune. De plus, le succès auquel le spectacle a fait face ne peut que nous donner envie d’y assister.

-Mélanie

Partager e-mail Enregistrer dans mon agenda
Publié le 26/04/2022

Abel Chéret, poète et chanteur pop électro

#

Le vendredi 15 avril 2022 nos kiosqueuses Louka et Mélanie ont rencontré le chanteur Abel Chéret pour une interview. L’artiste est sur la fin de sa tournée de son EP Amour Ultra Chelou et se produit à La Bouche d’Air le 3 mai 2022. Il prépare actuellement son prochain EP qui sortira en automne prochain.

  • KN : Comment vous sentez vous aujourd'hui ?
Abel : Je suis très content d’être de retour à Nantes. C’est une ville très importante pour moi car j’ai fais mes études ici et j’ai encore de la famille qui y habite. Je m’y sens presque comme chez moi ! En plus, je connais La Bouche d’Air car on y a fait une résidence avant le confinement et je suis revenu ici pour Chansons Primeurs il y a moins d’un mois. Comme je connais le lieu, je me sens détendu. 
  • KN : Actuellement vous êtes sur la fin de votre tournée, comment vous l’avez vécue ?
Abel : Ça a commencé de manière chaotique car le début était avant le Covid. On avait un bon élan avec quelques dates cools, des résidences puis le Covid est arrivé. On a mis en place des choses comme les lives à la maison mais ça ne me plaisait pas trop, et on a réédité l’EP avec de nouveaux titres. On a repris les concerts récemment et c’était un énorme soulagement de retourner sur scène. Donc c’était chaotique, hyper fort et intense car c’était aussi le début du développement de mon projet. J'ai eu la chance d’avoir un tourneur, Zamora, qui m’a permis d’aller faire des résidences pendant le Covid mais je me suis rendu compte que sans les concerts j’avais du mal à vivre.
  • KN : Votre style a évolué au fil du temps, il est passé du rock à la pop. Comment vous le décrivez maintenant, en trois mots ?
Abel : Je dirai que c’est de la chanson pop électro.
La chanson parce que je suis très attaché au texte. J’ai une écriture qui (parfois) se rapproche de l’écriture classique, voire poétique classique. (comme le fait l’écrivain Verlaine par exemple).
Je dirai aussi “pop” car j’adore le côté mélodique et les refrains accrocheurs. J’aime l’harmonie qui vient aussi du jazz mais qui est très utilisée dans la pop. 
Enfin, “électro” parce que je crée beaucoup de façon électronique, avec mon ordinateur etc. Les arrangements sont souvent électroniques.
  • KN : Plus jeune vous faisiez partie d’un groupe de rock. Est-ce que vous avez une préférence entre ces deux styles ? (la pop et le rock).
Abel : Ce sont deux énergies différentes. En tout cas, c'est comme cela que j’appréhendais le rock. Je n’avais jamais pris de cours de chant à l’époque. J’y allais juste avec l’énergie que j’avais, de l’énergie pure. C’était à la limite entre le parlé, le cri et le chant... je ne sais pas trop. C’était assez cathartique et cela me permettait de sortir mes émotions. C’était très libérateur. C’est comme ça que j’ai vécu mon expérience de chanteur de rock. Il y avait un côté très instinctif. 
Pour moi, dans la pop il y a plus un côté de recherche, un travail plus approfondi sur l'harmonie et la mélodie, tout en restant instinctif pour créer des choses spontanées et simples. La pop est un style accessible, ce n’est pas hyper intellectualisé. C’est donc une balance entre la recherche de la mélodie parfaite et le côté simple d’accès pour l’oreille. C’est intéressant je trouve pour travailler le côté musical et fin et le côté hyper spontané et accrocheur.
  • KN :  Est-ce qu’un jour vous pensez mélanger ces deux styles ?
Abel : C’est marrant que tu me poses cette question car je travaille sur mon prochain EP qui sortira cet automne et j’essaye de retrouver cette énergie dans le chant que j’avais dans le rock. C’est-à-dire avec plus de tension dans la voix, d’investissement et moins de nonchalance et de retrait comme j’ai pu le faire sur mon premier EP. Ce ne sera pas un EP de rock mais il y aura cette recherche sur la voix un peu plus investie.
  • KN : Est-ce que vous vous considérez comme un poète ?
Abel : C’est gentil de poser la question mais... je pense que la poésie est un peu partout. Dans la musique il faut qu’il y en ait sinon pour moi ce n’est pas très intéressant. Mais la vie aussi peut être de la poésie, une façon d'appréhender les choses, la façon de parler aux gens, la façon de jouer avec la vie, de jouer avec les mots, avec les situations ; ça c’est de la poésie pour moi. La poésie c’est le jeu. J’essaie de transmettre ça. J’aime beaucoup la poésie brute, littéraire, les classiques comme Baudelaire et je m'intéresse aussi à la poésie contemporaine mais je n’en suis pas encore un spécialiste. J’en lis de plus en plus, je trouve ça très inspirant parce qu’on s’échappe de la volonté de dire des choses directes et concrètes. On est plus dans le ressenti, dans l’image ; ce sont des choses qui me parlent et que j’essaie de faire quand j’écris. 
  • KN : On a remarqué que les thèmes qui revenaient sur votre EP Amour Ultra Chelou étaient l’amour, les femmes, le sexe. Pourquoi ceux-là en particulier ?
Abel : *rires* C’est vrai que cet EP parle particulièrement d’amour, de passion et de relations charnelles parce que quand je l’ai écrit à l’époque, en 2017, j’étais passionnément amoureux. Tout ce que j’écrivais qui n’avait pas de lien avec ces sensations, ces émotions, ça ne marchait pas. Et au contraire, tout ce que j’écrivais qui y était relié étaient des chansons qui me touchaient plus et ce sont celles que j’ai gardé. Ce sont celles qui étaient les plus sincères, je pense.
  • KN Est-ce que vous allez écrire sur des thèmes différents dans votre prochain EP ?
Abel : On en parlait avec mon manager Jérémie, on essayait de trouver un titre pour le prochain EP. À la fois je constate que toutes les chansons que j’ai écrite ne parlent pas vraiment d’amour mais, en même temps, elles parlent de la désillusion de l’amour. Ça a quand même un lien avec l’amour mais plus avec son côté négatif. Comme si c’était un cycle : l’amour est fort, il meurt, il renaît. Pour l’écriture de cet EP, avec le climat actuel (de guerre, de pandémie etc.), je voyais surtout un côté négatif. Je pense que cet EP parle de ce côté-là, plus obscur
  • KN : Dans quel environnement écrivez- vous ? Est-ce que vous écrivez de manière manuscrite ou plutôt sur ordinateur, téléphone ?
Abel : Il y a un peu de tout. Par exemple, pour mon prochain EP je me suis enfermé pendant deux semaines à la Bourboule près des montagnes parce que je connaissais quelqu’un qui m’a prêté son appartement. J’ai besoin de m’isoler avant que la machine ne se lance.
J’y ai écris sur un cahier et sur mon ordinateur avec un micro pour m’enregistrer. Au départ j’écrivais beaucoup de façon manuscrite et une fois que j’ai mes idées après je passe assez vite à l’ordinateur. Je trouve que le traitement de texte permet de cadrer tout ça et j’aime bien ce côté structuré comme quand on voit un poème écrit avec ses strophes, sa carrure. C’est pratique et ça permet une mobilité du texte.
Parallèlement à ça, je m’enregistre aussi, soit j’ai une mélodie qui me plait, soit une phrase. Les deux se nourrissent et se construisent, ça fait une sorte de canevas et après ça fait une chanson. 
  • KN : Est-ce que vous avez des tics, des habitudes avant de monter sur scène ?
Abel : J’ai besoin de m’isoler un peu, de me plonger avant le concert. De faire des exercices vocaux, de me détendre, d’être un peu seul ; d’être dans le concert avant de rentrer en scène. Et après, avec Franck Camerlynck qui m’accompagne à la batterie, on se prend dans nos bras et on se dit de prendre du plaisir avant de commencer le concert. C’est un peu un rituel pour se convaincre de le faire, pour lâcher prise.
  • KN : Vous avez participé à plusieurs premières parties d’artistes connus. Est-ce qu’il y a un souvenir en particulier qui vous revient ?
Abel : Oui j’ai fait les premières parties de Vanessa Paradis et Juliette Armanet par exemple. Lors de la première date que j’ai faite avec Vanessa Paradis, elle est venue me voir avant que je monte sur scène pour faire les balances. Moi j’étais comme un enfant. Elle m’a dit qu’elle avait écouté mon EP, que si j’étais là c’est parce qu’elle l’avait aimé. Ça m’a beaucoup touché, j’ai trouvé ça très classe. Pour sa dernière date, elle m’a invité dans sa loge, je lui ai offert un bouquin qui me parlait et elle m’a pris dans ses bras et elle m’a remercié d’être venu, d’avoir partagé ce moment avec elle. J’étais un peu figé, je ne savais pas trop comment réagir mais c’était hyper bienveillant, humain. Ce n’était pas une histoire d’image ou quoi, je pense qu’elle n’a plus rien à prouver à personne. Elle est très humaine et très forte.
Juliette Armanet je l’avais déjà vu à Paris car elle était cliente dans l’épicerie bio dans laquelle je travaillais avant et quand je l’ai revue au Stéréolux je lui ai raconté ça, il y avait une petite connexion marrante c’était cool. Elle est très sympa.
  • KN : Justement comme on parle d’autres artistes et pour clôturer cette interview, est-ce que vous auriez un artiste de la métropole Nantaise à nous recommander, que vous appréciez en ce moment ?
Abel : J’aime beaucoup Dominique A. Sinon Coline Rio, qui est suivie par Trempolino je crois. C’est l’ancienne chanteuse de Inuit. Sinon il y a Dimoné qui passe à la Bouche d’Air le 5 mai, je l’aime beaucoup. J’aime bien la programmation de la Bouche d’Air et le Stéréolux en globalité.
Merci beaucoup pour cette interview ! 
- Louka & Mélanie
Crédits photos : Emeric Leprince
Publié le 26/04/2022

Mon Brassens préféré

Le samedi 14 mai 2022 à 17h00
#

À s'en mettre les bras sens dessus dessous

Nous avons bien compris, c’est un spectacle musical qui rend hommage au grand Georges Brassens. Nous pourrons fredonner avec Julien Sigalas et Francis Colaud les classiques intemporels de son répertoire.
Ces deux artistes vont également nous faire découvrir ses mélodies inconnues au grand public mais toutes aussi sublimes.

Georges Brassens n’était pas seulement un chanteur, il était un homme avec des histoires, des anecdotes et les deux comédiens vont se faire un plaisir de partager des moments de vie du célèbre artiste avec le public.

-MargauxS

Crédits photos : droits réservés
Partager e-mail Enregistrer dans mon agenda
Publié le 26/04/2022

Arca Ostinata

Dimanche 15 mai 2022 à 17h00
#

De la musique baroque comme vous n'en aurez jamais entendu

Sur scène, un seul homme, Daniel Zapico. Il ne fait qu’un avec son théorbe espagnol. Cependant, ce spectacle est aussi le projet d’un autre homme : Nino Laisné. 

Nino Laisné est un metteur en scène dont j’ai déjà pu voir le travail avec l'époustouflant spectacle Romances Inciertos, un autre Orlando. Le metteur en scène nous y partage déjà son univers romantique, énergique et grandiose. En véritable caméléon, il a mis en scène de la danse mais également des courts-métrages ou encore de la photographie.

Je pense que ce nouveau travail, musical cette fois, nous fera encore voyager à travers le temps et l'espace.

Arca Ostinata nous promet de découvrir la musique baroque sous une nouvelle forme avec une scénographie digne de la main de Nino Laisné, avec des projections et des jeux de lumières qui proposent une expérience immersive.
Le musicien Daniel Zapico, quant à lui, nous promet de nous faire découvrir son instrument presque totalement méconnu du grand public. Pour cela, il imite les sonorité des instruments plus connus comme la harpe ou encore la basse.

Voici donc un projet qui nous présage bien des surprises !

-MargauxS

Crédits photos : Nino Laisné
Partager e-mail Enregistrer dans mon agenda
Publié le 26/04/2022

Tous à l'Opéra

Andy de Groat : Vendredi 6 mai 2022 à 20h, samedi 7 mai 2022 à 18h / Fan Dance : Samedi 7 mai 2022 de 14h à 16h
#

Entrez dans l'univers d'Andy de Groat

Dans le cadre de la quinzième édition de Tous à l’Opéra, venez découvrir le Théâtre Graslin ! C’est un “moment de rencontre et de retrouvailles, dans les murs et hors des murs”. 

Cette année, l'Opéra Graslin met à l'honneur le chorégraphe et danseur américain Andy de Groat, décédé en 2019. Vous pourrez y découvrir trois de ses pièces lors de deux représentations les 6 et 7 mai, mais également des performances gratuites en extérieur.
En effet, le samedi après-midi, des danseurs et danseuses professionnel.les, des élèves du conservatoire de Nantes ainsi que des amateurs et amatrices investiront la place Graslin pour interpréter Fan Dance (la danse des éventails); une danse mêlant discipline géométrique et liberté des mouvements. C'est l'occasion rêvée de découvrir le travail de ce chorégraphe tout en profitant du soleil sur les marches du Théâtre !

-Clara

Partager e-mail Enregistrer dans mon agenda
Publié le 22/04/2022

La Fable de l'Autruche

Par Mélanie et MargauxS

Le 21 avril 2022
#

Ce jeudi 21 avril 2022, nos kiosqueuses MargauxS et Mélanie se sont rendues au théâtre La Ruche pour assister au spectacle de danse La Fable de l’Autruche. Voici leurs retours sur une représentation devenue coup de cœur.

"Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en allant à un spectacle de danse contemporaine pour enfant et j’ai été très agréablement surprise ! C’est un spectacle très mignon, les deux danseuses sur scènes sont délicates et pleines de douceurs. Elles prenaient du plaisir sur scène et nous ont transmis ce plaisir, au point que nous aurions voulu les rejoindre sur scène et danser avec elles. Les deux femmes partagent également beaucoup de complicités sur scène avec leurs jeux de regards et leurs sourires. 

Ce que j’ai beaucoup aimé aussi c’est le fait que les danseuses soient proches du jeune public et les intègrent dans la mise en scène. Elles jetaient des plumes sur eux, venaient les picorer avec leurs mains…

Un spectacle très tendre et très doux que nous aurions pu voir une heure encore. "

-MargauxS

Comme Margaux le mentionne, pour moi le maître mot qui ressort de ce spectacle c'est mignon. C'est ce qui décrit le mieux cette représentation. Je trouvais qu'il y avait une réelle alchimie entre les deux danseuses ce qui rendait le spectacle très doux. On avait envie de jouer avec elles, de faire partie de la pièce.
Elles dansaient d'une façon ludique et mêlaient les enfants à leurs mouvements, c'était très sympa à voir. Je souligne également les lumières, les chorégraphies harmonieuses et le choix des musiques. Celles-ci étaient excellentes, entrainantes.
En bref, l'amusement dans leur regard ne pouvait que nous faire fondre. Je serais restée avec plaisir les regarder danser plus longtemps. "

-Mélanie

La Fable de l'Autruche est encore en représentation à La Ruche le dimanche 08 mai à 17h00, dans le cadre des Rencontres dansées.
Il sera également en représentation au TNT du 12 au 15 juillet 2022.

 

Crédits photos : Ernest Mandap
Partager e-mail Enregistrer dans mon agenda
Publié le 19/04/2022

Anna Greenwood - FOLK STATION

Le samedi 14 mai 2022 à 21h
#

Tombons folk'ment amoureux.euses de cette artiste

Anna Greenwood est britannique. Elle compose, interprète et est toujours accompagnée de sa meilleure acolyte : la guitare. Sa voix douce nous bouleverse et nous transporte dans un univers où le spleen* a toute sa place. C’est le genre de musique qui, quelque part, nous réconforte en jour de pluie, sous un bon plaid avec un chocolat chaud et devant un feu qui crépite.
Quand on écoute Riding Time, son album de 10 titres sorti en 2020, la nostalgie de certains moments nous revient et nous transperce ; un moment propice pour rêver un peu.

-Mélanie

*spleen = mélancolie sans cause apparente

Et si on sortait ensemble ?
Vous avez envie de découvrir ce spectacle mais vous ne savez pas avec qui le voir ? Vous souhaitez profiter d'un temps convivial animé par l'équipe du Kiosque Nantais ? Rejoignez-nous le samedi 14 mai 2022 pour une Virée du KN ! Au programme : accueil des participants (10 personnes maximum), spectacle, rencontre privilégiée avec l'artiste et échange animé par nos bénévoles.
Pour vous inscrire : mediation@lekiosquenantais.fr
Retrouvez nos autres Virées du KN de la saison.

Crédits photos : Joellespic
Partager e-mail Enregistrer dans mon agenda
Publié le 19/04/2022

BOUCLくる

Le vendredi 29 à 10h30 et 20h et le samedi 30 avril à 14h30 et 20h
#

La vie est une boucle perpétuelle

BOUCL くる (à prononcer boukoulou-koulou) est un spectacle de marionnettes et de rétroprojection qui promet de faire voyager dans le temps. La créatrice du projet est Mayumi Inoué, une artiste japonaise spécialisée dans les tissages. Elle choisit son matériel à partir d’objets chargés d’histoires : des lettres, des cheveux, des étoffes…

Cette fois, Mayumi Inoué décide de nous parler de l’histoire d’Eugénie, une jeune couturière née en 1895 et qui laissa derrière elle une boîte avec des lettres, des photos et une grande mèche de cheveux. Trouvaille parfaite pour notre artiste. 

En plus de redonner vie à cette chère Eugénie à travers son tissage, elle travaille avec Jean-Marie Lorvellec pour transmettre cette histoire en spectacle. 

- MargauxS

En plus de ces représentations, Mayumi Inoué vous propose une exposition du mardi 26 avril au mercredi 04 mai 2022. L'entrée à l'exposition est libre du lundi au samedi entre 15h et 18h.
Un vernissage de l'exposition est organisé le mardi 26 avril à 18h.
Crédits photos : Droits réservés
Partager e-mail Enregistrer dans mon agenda
Publié le 19/04/2022

Dommages

Le samedi 30 avril 2022 à 20h15
#

Un "d'hommage" au vaudeville

Dommages, c’est une comédie légère et divertissante où trois comédiennes se partagent la scène : Céline Groussard, Elodie Poux et Julie Villers. Elle a été écrite par un auteur et trois autrices, et mise en scène par Michel Frenna. C’est une dédicace au style vaudeville que l’on connaît bien, on pourrait presque la qualifier de parodie. Les trois personnages ont l’air pleins de vitalité et loufoques, de quoi provoquer les rires des spectateurs et spectatrices. En effet, les comédiennes se balancent leurs quatre vérités ce qui va empêcher la progression de la comédie... "arriveront-elles au bout de cette pièce déjantée ?​"
En somme, tous les ingrédients semblent être présents pour passer un moment agréable et drôle.

-Mélanie

Crédits photos : Tous droits réservés
Partager e-mail Enregistrer dans mon agenda