Publié le 04/04/2019

Léonie et Noélie

Par Théo et Suzon

Le lundi 01 avril 2019
#Coup de coeur des Kiosqueurs

Lundi 1r avril 2019, nos kiosqueurs Théo et Suzon découvraient le spectacle familial "Léonie et Noélie" au Grand T

UN SPECTACLE A FLEUR D'AME EN EQUILIBRE ENTRE DEUX AGES //

“J’ai trouvé ce spectacle captivant, le ton des jumelles Léonie et Noélie montre dès la première scène toute la rage de l’adolescence. Il y a d’ailleurs un décalage entre leurs jeux, leurs expressions enfantines et leurs 16 ans et c’est aussi ça qui m’a plu. La pièce montre en effet la difficulté qu’on éprouve à laisser ses souvenirs d’enfants, douloureux ou non, derrière nous pour avancer et se construire en tant qu’adultes. C’est aussi une belle histoire touchante entre deux êtres fusionnels qui sont obligés de se séparer, mais ce déchirement est traité avec beaucoup de poésie et de justesse.
La scénographie était incroyable : un toit d’immeuble de plusieurs étages monté sur une scène parsemée de plumes, les jeux de lumière et le duo de yamakasi qui accompagnaient les jumelles étaient à couper le souffle. Une réelle performance de la part de ces acrobates qui courent, sautent et se suspendent à tout ce qu’ils peuvent, passant même au-dessus du public, à la surprise générale.
En conclusion, j’ai adoré cette pièce que je trouve très bien écrite, surtout dans la description à la fois des similitudes de Léonie et Noélie mais aussi de leurs grandes différences de caractère, l’une qui rêve de passer sa vie perchée sur les toits et l’autre dont le seul objectif est de mémoriser tout le dictionnaire. Les comédiennes ont ainsi montré à la fois une synchronisation et une complicité déconcertante mais se sont aussi imprégné dans leurs jeux des divergences de personnalités et d’aspiration des personnages. ”

-Suzon 

IMMERSION EN ADOLESCENCE ACROBATIQUE//

"En arrivant dans la salle du Grand T, je me suis retrouvé face aux deux danseurs (et futurs acrobates de la pièce) qui étaient installés chacun d’un côté de la scène et exécutaient une chorégraphie à la fois sinistre et angélique. Vêtus seulement d’une capuche de bourreau et d’un pantalon noirs, ils répétaient continuellement, avec leur pelle, un mouvement de lancer de plumes blanches, qui virevoltaient devant eux avant de retomber et de former un nuage à leurs pieds. Quoi de mieux qu’une scène aussi onirique pour rentrer dans cette pièce, qui nous plonge au coeur des méandres de souvenirs et de rêves de Léonie et Noélie. Fusionnelles, les deux jumelles incarnent parfaitement cette excentricité et cette difficulté qu’on éprouve pour grandir et mûrir, mais aussi se séparer à cet âge.

L’histoire des deux soeurs ne prendrait pas autant de résonance et d’ampleur sans compter sur la scénographie et la bande sonore qui accompagnent les déambulations des comédiennes. Alors qu’ils sont visiblement posés sur la scène, les toits de Paris donnent le vertige. Allumés par des jeux de lumière laissant se dessiner les lueurs de l’orphelinat enflammé et des lampadaires éclairant l’obscurité, ils nous immergent dans la pleine pénombre. Cet effet est amplifié par les sons et mélodies qui servent parfois de bande sonore à la ville, de musique pour les chorégraphies accompagnant les flashbacks, ou encore de sons chimériques accompagnant les échanges des jumelles et les pirouettes des danseurs.

Un spectacle jeune public pas seulement réservé aux jeunes donc, qui nous fait voyager dans un récit universel, celui de la sororité et de l’adolescence. "

- Théo

Et vous, avez-vous assisté au spectacle Léonie et Noélie ? Si oui, qu'en avez-vous pensé ?
Partagez vos avis sur contact@lekiosquenantais.fr

Crédits photos : tous droits réservés